Following Angel Investigations
Bienvenue sur FAI, rejoignez-nous

 :: Los Angeles :: Downton Los Angeles :: Travers Close Protection Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jeux d'espionnes ( PV Morrigann )

avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Mar 16 Jan - 22:18
Depuis sa rencontre avec Connor, la curiosité de Lisbeth concernant les vampires, et surtout Angelus, n’avait pas cessée, se transformant en véritable obsession. Elle s’était plongée avec attention dans les archives démesurées du Conseil des observateurs. Il s’agissait d’un véritable trésor. En dehors des milliers de rapports officiels, elle trouva surtout des centaines de journaux quotidiens tenus par des observateurs chargés des potentiels, devenues tueuses après l’intervention de Willow Rosenberg.

Elle ne pouvait plus lâcher ses lectures, dormant à peine et oubliant souvent de manger. Elle ne quitta pas son appartement pendant près de 15 jours, tapant à une vitesse vertigineuse des notes sur son ordinateur. Elle avait abandonné son travail d’écrivain public, ne répondant plus aux mails de ses clients impatients. Cela lui importait peu, seuls ces journaux scannés l’intéressaient. Et puis un matin, après avoir croisé son visage pâle et ses yeux un peu trop hagard, son regard s’arrêta sur la photo d’Alex qu’elle gardait auprès de son lit. Elle semblait lui parler, et Lisbeth eu l’impression de l’entendre : « tu perds pieds Lis, tu dois te reprendre ! » Sa même voix ferme, rassurante… Elle pouvait l’imaginer continuer à lui faire gentiment la leçon, comme elle le faisait au tout début alors qu’elle était simplement son médecin.

Cela fit réagir la brune. Elle ne pouvait pas continuer comme ça, ou sinon elle ne pourrait plus retrouver le contrôle de sa vie. Elle commença par enfin se doucher, prit plusieurs décontractants suffisamment forts pour permettre à son esprit de s’apaiser un peu et se coucha après avoir mis son réveil. Elle dormit près de 18 heures lorsque ce dernier la tira enfin de son sommeil profond. Elle se força alors à reprendre ses rituels habituels. Elle avait appris toute son enfance et son adolescence que ce qui lui permettait de garder une vie normale était avant tout de garder une organisation immuable : se lever, se doucher, prendre un café, écouter les informations, consulter ces mails… autant de petites choses quasi-chronométrées… Malgré l’envie elle résista à la tentation de retourner consulter les archives…

Ce ne fut qu’en fin de journée qu’elle s’autorisa à consulter ce qui la passionnait le plus : le journal d’un observateur, Carter. Elle était tombée dessus car l’anglais racontait l’obsession de la tueuse qu’il suivait pour Angelus et son groupe de vampire. De lecture en lecture, l’intérêt de Lis se focalisa sur cette tueuse… Fille d’un célèbre membre du Conseil, Quentin Travers, préparée à devenir elle-même observatrice, elle n’était devenue tueuse que plus tard. Quelque chose poussa la brune à en savoir plus alors que les dernières pages de Carter indiquaient qu’il n’avait plus de nouvelles de la tueuse qui avait pris ses distances avec le Conseil.

Elle quitta donc les archives pour une recherche classique sur internet. Et de manière assez surprenante, en quelques minutes, elle retrouva la piste de cette tueuse, Morrigann Travers à Los Angeles même. Elle était maintenant responsable d’une agence de protection rapproché, nommée sans grande originalité « Travers Close protection ». Elle trouva tout aussi facilement le site de l’agence et son adresse. Elle tomba aussi sur une présentation sommaire de la jeune femme, mais surtout sur une photo sur laquelle son regard s’arrêta plusieurs secondes. Brune, des yeux noisettes très larges, des lèvres parfaitement rosées… Elle dégageait une énergie perturbante…

L’heure du couvre-feu était dépassée, mais elle ne pouvait pas attendre le lendemain. Elle voulait rencontrer cette tueuse, lui demander ce qu’elle savait sur Angelus, et peut-être son passé en tant que Liam. Alors faisait abstraction de ses bonnes résolutions, elle abandonna à nouveau son emploi du temps habituel et sécurisant pour rejoindre sa chambre. Elle se changea et passa un ensemble confortable noir, parfait pour se déplacer facilement et discrètement. Enfin elle quitta son appartement et prit la direction de l’agence en passant par les rues les plus discrètes. Arrivée à destination, elle resta à un angle d’un immeuble adjacent avec une vue parfait sur la sortie éclairée de l’agence de Morrigann. Elle n’était pas pressée, elle attendrait.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Sam 20 Jan - 0:28
Les affaires marchait plutôt pas mal pour Morrigann, "Travers Close Protection" avait une recru d'essence de demande depuis plus d'un an, et encore plus depuis le départ d'Angel. La jeune femme avait put embaucher quelques amis de la rue pour venir l'aider, Astrid, une secrétaire à le pointe de la technologie faisait circuler l'agence sur le web entre deux shoot et Marcus, un ex militaire à la retraite l'aidait sur le terrain, quant il était assez sobre pour le faire... Ouais on ne peut pas dire que ces collègues étaient très assidue, mais elle non plus d'ailleurs. Elle passait ces soirées dans les bars clandestins à jouer de la guitare et chanter, à boire et se droguer entre deux affaires, voir même durant les affaires... Mais le travail était fait, c'était le plus important. Même si certain clients n'étaient pas toujours parfaitement satisfait et refusait de la payer, elle s'éclatait, c'était le plus important pour elle. Et ce soir c'était repos pour Marcus et elle alors qu'Astrid devait rester à l'agence. Chacun sont tour.

Après une journée de recherche sur la disparition du vampire de L.A et sur l'apparition des Zombis un an plus tôt, Morrigann et Marcus partirent prendre un verre pas très loin de l'agence, dans un bar où ils avaient leurs habitudes. A peine arrivé sur place les clients habituels saluèrent le tueuse avec chaleur, sauf pour les démons qui se posait là, ils la regardait avec méfiance, voir rage le plus souvent. Mais ils ne s'approchaient pas trop d'elle, trop folle à leurs goût. Ils avaient déjà eue affaire à elle pour la majorité, et ceux qui était rester en vie ne l'était uniquement pas pur charité de la par de la jeune femme. Mais s'il y a bien une chose qu'ils s'accordaient tous à dire c'est qu'elle était totalement folle à lier... Trop folle pour être prévisible. Ce que beaucoup d'entre eux avaient du mal à supporté. Mais se soir là, pas de confrontation, juste une soirée tranquille au bar et sur scène à se démonter la tête...

Morrigann allât saluer le patron qui lui proposa de monter chanter quelques morceau en échange de conso gratuite, ce qu'elle fit accompagner de Marcus à la guitare lui aussi. Deux guitare et une voix, voilà ce qu'elle aimait, pas plus que ça. Elle reprit quelques chansons de Straset, puis du Métalica pour finir sur Evanescence... Un pur bonheur, son cœur ne cessait de battre en rythme de la musique et sa voix si parfaite comblaient tout le mode. Une fois sortie de scène elle se dirigea au bar et commença à descendre quelques bières puis renchérie sur de la Vodka pur. Un jeu s’installa très vite en elle et son acolyte, quelques shoot de vodka et à qui les boira le plus vite, grâce à son métabolisme de tueuse elle gagnait toujours. Et Marcus finissait ivre mort sur le comptoir. La tueuse lui tapota le dos et partie sur la piste de danse, se dépenser au rythme de la musique qui criait trop forte pour la petite salle. Mais elle s'en moquait, elle se laissât porté par le rock métal qui sortait des enceintes, sautant comme une furie, ces cheveux volaient dans tout les sens, elle ignorait royalement les regards qui planaient sur elle, malveillant ou envieux, trop dans son monde dans sa bulle.

Puis au bout d'un moment elle allât dans les toilettes, prendre son shoot de LSD habituel avant de revenir se défoncer un peut plus en s'enfilant divers cocktail plus alcooliser les uns que les autres. Et pourtant elle gardait toujours la têtes sur les épaules, surement l'habitude, elle savait parfaitement le nombres de démons qui la fixait depuis le début de la soirée, et elle savait parfaitement qui elle pourrait mettre dans son lit, ou pas, et encore mieux... Elle savait également qu'elle devra essuyer quelques coup de point lors de son retour, et ce malgré le fait qu'elle devra porter Marcus sur son dos si elle ne contacte pas un taxi ou Astrid de suite, ce qu'elle demanda au barman de faire. Ce dernier ne se posât pas de questions, il connaissait l'énergumène et avait l'habitude de fermer en entendant les coups et brut de combat à l'extérieur de son bar, mais temps que se n'était pas à m'intérieur, il s'en moquait. Astrid vint après quelques minutes, prit Marcus sous le bras et sans plus de questionnement repartie aussi vite à l'agence, laissant Morrigann à sa soirée.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Dim 21 Jan - 9:21
Finalement Lisbeth n’eut pas besoin d’attendre trop longtemps, ce qui était une bonne chose compte tenu de l’heure et des rondes régulières des troupes de l’Initiative. Une petite quinzaine de minutes après son arrivée à quelques mètres de l’agence de Morrigann Travers, celle-ci sortit du bâtiment, accompagné d’un homme plus âgé qu’elle. La grande brune reconnu un autre membre de l’équipe de sécurité menée par la tueuse, sa photo aussi se trouvait sur le site de l’agence. Elle se demanda si ils ne partaient pas en mission. Le mieux était de les suivre. Elle voulait en savoir plus sur Morrigann, peut-être même lui poser des questions sur Angel si elle pouvait la voir seule. Une chose était certaine, ils ne paraissaient pas concentré ou soucieux, une certaine légèreté ou plutôt désinvolture se dégageaient du duo.

La nuit lui permettait de rester plus discrète alors qu’elle les suivait sur quelques rues. Rapidement, ils entrèrent par une petite porte dans un bâtiment semblable à tant d’autres. Elle avait vu que Morrigann avait frappé d’une manière particulière, un signal… A nouveau, la brune s’arrêta à distance. Elle n’avait aucune idée de l’endroit où allait la tueuse, et hésitait à se mettre dans la gueule du loup. Elle commença alors par une petite rechercher sur son portable, et l’adresse se retrouva sur plusieurs forums qui donnaient les meilleurs bars clandestins de la ville, là où la population pouvait encore se retrouver malgré le couvre-feu.

Lisbeth se décida donc… et à son tour frappa. On la laissa entrer sans problème, mais la brune eu un mouvement de recul lorsqu’elle arriva dans la salle principale du bar. Ce n’était pas le genre d’endroit qu’elle fréquentait. Il y avait beaucoup de monde, une musique, une petite piste de danse... Elle repéra un peu plus loin Morrigann. Elle paraissait être bien connue des lieux… mais les regards hostiles d’un bon nombre de monstres prouvaient aussi qu’elle avait une certaine réputation.

La grande brune resta plantée à l’entrée plusieurs minutes, paralysée par son manque de repères, et le bruit. Un serveur passa à côté d’elle et lui demanda si elle voulait un verre. Elle acquiesça de la tête.

« Un whisky coca » demanda-t-elle. Elle ne buvait pas souvent, mais elle savait que l’alcool était le meilleur moyen pour supporter l’endroit. Elle aurait pu partir et retrouver la tueuse une autre fois, mais une fois de plus la curiosité était trop forte. Elle avisa un tabouret au bout du bar, dans un coin un peu plus sombre et calme. Elle s’y glissa et s’installa. Son verre arriva rapidement.

Maintenant qu’elle se sentait à l’abri des regards et de l’attention, elle reprit son observation. Cela fut d’autant plus simple que la tueuse atterrit sur la scène avec son acolyte et joua quelques morceaux. Oubliant pendant un petit moment ce qui l’entourait, et la raison de sa « filature », Lisbeth se laissa porter par la voix de Morrigann. Lorsqu’elle chantait, il se dégageait soudain une certaine sensibilité qui contrastait avec son énergie tellement forte qu’elle en était impressionnante, voir inquiétante. La lumière mettait en valeur la féminité de la jeune femme, habillée pourtant simplement, ses longs cheveux bruns, et ses yeux noisette.

Après ce passage sur scène, la tueuse enchaîna les verres avec son collègue, elle paraissait s’amuser… trop pour que cela soit vraiment naturel… Cela ressemblait davantage à une fuite, à une course effrénée, dangereuse… suicidaire… Morrigann échappa à son regard quelques minutes, puis elle revint dans la salle. Son regard noisette était encore plus brillant… Lisbeth n’eut aucun mal à deviner que ce n’était là encore pas naturel… Les drogues ne lui étaient pas inconnues, il ne pouvait pas en être autrement avec Alex qui s’était servi de son métier pour développer tout un réseau de diffusion. Et surtout sa compagne lui fournissait régulièrement ce qu’il lui fallait pour se sentir moins envahit par ses angoisses, ou lui permettre de se détendre lors d’une soirée.

Lisbeth n’eut pas le loisir de continuer à observer la jolie brune, un homme vint s’installer à côté d’elle. S’imposant, il lui commanda un nouveau verre malgré le refus ferme mais discret de la jeune femme. Il commença à se présenter et ne s’arrêtait pas de parler. Elle tenta plusieurs fois de l’interrompre.

« Merci mais je… je vais y aller » essaya-t-elle à nouveau de s’éclipser, à regret. Elle aurait aimé continuer à observer la tueuse, elle aurait peut-être trouvé un moyen de l’approcher alors que son compagnon de beuverie avait quitté le bar.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Dim 21 Jan - 21:50
La soirée était bien partie, plus que bien même. La jeune femme s'éclatait royalement, alternant piste de danse et cocktails, quelques shoots par-ci, par-là, une bonne soirée selon la définition de Morrigann. Les heures passait et les hommes également, la draguant pour ceux qui ne la connaissait pas encore, dansant avec elle pour les autres, ou encore lui proposant un verre, qu’elle acceptait sans aucun problèmes, les femmes également d’ailleurs… On appel ça la sociabilisassions, et Morrigann en était experte, temps que ça ne durait pas trop longtemps. Depuis la disparition de son amie elle refusait tout engagement et préférait s’amuser, quitte à briser de jolis petits cœurs. Vers 5 heures du matin le responsable et ses hommes de mains firent comprendre aux quelques personnes et non-personnes encor présentes que la boutique allait fermer et qu’ils devaient sortir. Il parla quelques seconde à Morrigann avant de fermer, lui demandant d’éviter de se battre devant l’entrer ce coup si, il préférait éviter d’attiré l’attention sur lui. La jeune tueuse regarda la ruelle adjacente, là où les démons pensaient l’attendre en toute discrétion et esquissa un sourie en donnant une tape amicale sur l’épaule du gérant qui leva les yeux au ciel, désespéré, puis il s’enfermât à double tour dans son bar, préférant laisser la tueuse vaquer à ses occupations. Alors que la jeune femme prit la direction de la ruelle volontairement, elle croisa une petite brunette, qui ne semblait pas vraiment à ça place.

« Vous devriez rentrer chez vous, ça risque de chauffer dans quelques seconde. »

Elle lui adressa un clin d’œil complice, mais cette dernière ne sembla pas réagir, surement trop d’alcool dans le sang pensât la tueuse qui haussât les épaule avant d’emprunter la ruelle. A sa grande surprise les démons de la boite n’étaient plus que deux, Morrigann regarda autour d’elle à la recherche du troisième qui apparu quelques seconde plus tard derrière elle, avec entre ses mains la jeune femme à qui Travers venait d’adresser la parole. La tueuse soupira :

« Je vous aviez dit de rentrer chez vous… hey boire ou survire il faut choisir… »

Puis le démon qui tenait la brune s’adressa froidement à Morrigann.

« Suis nous la tueuse ou je la tue, tu as déjà tuée suffisamment des nôtres, alors à toi de payer… »

Le démon à la peau verdâtre qui maintenait la jeune femme eue un sourire carnassier alors que Morrigann roulait des yeux exaspéré par temps de stupidité.

« Bas vas-y, tue la… De toute façon des innocents meurt tout les jours, alors une de plus ou de moins, ça change quoi. »

La jeune femme s’allumât une cigarette tranquillement, attendant un faut pas de la par de ses agresseurs, ce qui ne se fit pas attendre, afin de gagner du temps, le démon vert lançât la jeune femme sur Morrigann qui la rattrapât sans difficulté et la fît s’écraser contre les conteneurs à poubelles qui longeait la ruelle. C’est avec une grimasse de dégout qu’elle commençât à riposter au coup donner par les trois démons. Mais très vite, ils prirent le dessus sur la jeune femme, tout trois sur elle, à la ruer de coup, ils prenaient leurs pieds, riaient, criaient. Son sang coulait, elle aimait ça, mais les trois idiots ne s’en rendaient pas compte, pourtant on les avait prévenue qu’elle avait un grain… Au bout d’un moment ils s’écartèrent d’elle, fière de leur travail. Mais ce qu’ils entendirent ne les rassurèrent pas du tout. Morrigann riait, de plus en plus fort, elle était littéralement morte de rire, puis avec difficulté mais le sourire aux lèvres elle se relevât, lentement.

« C’est tout ce que vous avez dans le ventre… Je peux jouer aussi maintenant ? »

Sans crier garde elle prit deux shuriken de leur boite et les lancèrent sur un démon à la peau brune, les étoiles ricochèrent sans problème sur sa peau intransperçable.

« Cool » Répliquât la tueuse totalement fasciné par ce démon qu’elle n’avait encore jamais croisé auparavant.

Elle s’en approchât et à la grande surprise de se dernier qui ne bougeât pas tout de suite, elle toquât sur son tors qui résonnât, d’abord doucement, puis un peut plus fort, encore plus fort, jusqu’à envoyer le démon quelques mettre plus loin.

« Oups, désolé… »

Le troisième démon, verdâtre lui aussi sauta sur la tueuse, qui sans aucun souci sortie de sa manche une lame qui transperça le démon de par en par. Elle le regarda, l’air totalement folle, s’éteindre au bout de son bras.

« Idiot… » Soupira-t-elle

« Vous n’êtes pas drôle, aucune de vous ne sais réellement se battre… On fait comment du coup, je vous tue, ou je vous laisse revenir dans quelques jours après vous être entraîner un peu ? Non parce que là vous faite honte à votre race quant même »

La tueuse avait totalement oubliée la présence de l’humaine qui devait peut-être encore dormir dans les poubelles. Puis les démons décidèrent de se calmer et réfléchir, ce qui aux yeux de Morrigann devait être vachement compliqué pour eux, ce qu’elle n’hésitât pas à leurs dirent. Exacerbé par la tueuse, ils se mirent à deux pour la maitriser, se laissait-elle faire ? Aucun ne le savait, mais le démon vert finit par réussir à la maintenir les bras dans le dos, pendant que le démon de pierre la ruait de coup. Son sang giclait partout dans la ruelle et elle commençait à sentir ses forces la perdre, il était grand temps de réagir. C’est alors qu’elle mit un de ses pieds sur l’homme-pierre et d’une pulsion elle se retrouvât derrière le second démon à qui elle retournât la tête d’un coup sec, le tuant sur le coup. Puis ensanglanté elle regarda, sourire aux lèvres le dernier démon, près au combat, tout comme elle, ce qui ne se fit pas attendre. Les coups furent violant et nombreux, Morrigann retombât avec force et fracas sur la jeune femme qui tentait à priorité de sortir de la ruelle.

« Toujours pas partie toi ! Rololo, mais dégage ! »

Elle attrapa l’humaine et la propulsa encore plus loin pour, mine de rien, lui éviter un ou plusieurs coup, donné par le démon. Morrigann se propulsât à l’aide du mure et attrapât le démon avec ses jambes, dans les bras de ce dernier, elle le ruait à son tour de coup et perçait petit à petit sa carapace au niveau de son visage grâce à des petites lames qui étaient sur des coudières qu’elle portait assez régulièrement. A grand coup de coude elle le fit saigner, d’un sang bleu, au visage. De retour au sol elle tapât du pied et une autre lame sortie du talon de sa chaussure, puis elle se baissait et sortie encore une lame attaché à son mollet, à croire qu’elle en planquait partout. Au bout d’un combat éreintant elle finit par réussir à planter deux couteau dans les yeux du démon et un autre au beau milieu de son crane, ce dernier tombât enfin raide mort, au sol.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Lun 22 Jan - 18:04
Il fallut un peu de temps et surtout qu’elle finisse par lui balancer clairement qu’elle préférait les femmes pour que l’homme finisse par abandonner et reparti sur le terrain de chasse. Elle détestait ça… non pas que son orientation sexuelle lui pose problème, mais elle trouvait cela insupportable d’en arriver à devoir dévoiler une partie de sa vie pour avoir la paix… Elle respira tout de suite mieux lorsqu’elle se retrouva enfin seule au milieu de la foule du bar, elle pouvait reprendre son observation en toute tranquillité entre deux gorgées de son verre.

La nuit avançait, et la clientèle diminuait petit à petit. Ceux qui restaient commençaient à être sérieusement éméchés. L’air un peu trop sérieux de Lis, son retrait contrastait avec l’ambiance toujours survoltée du bar. Plusieurs fois, le gérant annonça la fermeture pour commencer à préparer les départs. Lisbeth n’attendit pas le dernier moment, elle sortit prendre l’air et surtout se posta de manière stratégique non loin de l’entrée pour tomber sur la tueuse. Ce serait le moment pour la retrouver seule et tenter de lui parler. Elle l’impressionnait…

Son plan fonctionna sans problème, et Morrigann passa devant elle. Elle la remarqua même, et lui conseilla de rentrer chez elle en expliquant que ça allait chauffer. Lisbeth chercha alors ses mots pour l’aborder… mais déjà l’énergique brune était partie un peu plus loin dans la ruelle. La jeune femme resta postée là quelques secondes, et passa une main dans ses cheveux. Elle essayerait un autre moment.

Mais elle n’eut pas le temps de bouger ou de faire demi –tour, elle se sentit d’un coup violement contenu, c’était un de ces démons du bar. Elle ne supportait pas le contact physique et encore moins avec ces créatures. Elle se débattit immédiatement, mais plus elle essayait de fuir, plus il la serrait et elle se sentait gagner par la panique. La peur la paralysa, elle ne pouvait même pas hurler. Et ce fut à peine si elle comprit les paroles de Morrigann… ou plutôt cela lui semblait tellement absurde et déplacer vu le contexte qu’elle ne pouvait croire que la tueuse blaguait réellement.

Tétanisée, les yeux de la grande brune s’écarquillèrent tout de même de surprise, mais surtout d’incompréhension lorsque celle qui était sensée sauver des humains se contenta d’allumer une cigarette et proposa même que le monstre la tue. Lisbeth avait de plus en plus de mal à respirer, envahit par cette sensation d’étouffer sous le contact de la créature.

D’un coup, cette dernière la propulsa vers Morrigann, mais Lisbeth n’eut pas même le temps de rétablir son équilibre, déjà elle se retrouvait à voler vers les conteneurs à poubelle. L‘atterrissage fut brutal, mais pas suffisamment pour lui faire perdre connaissance. Malgré la douleur du choc, elle parvint à se déplacer, et se traîner dans l’angle entre une poubelle et le mur d’un immeuble pour s’y réfugier. Le reste fut flou. La violence du combat, les cris, le sang achevèrent de lui faire perdre pied. Elle ne pouvait plus réfléchir ou agir. Elle se tassa sur elle, recroquevillée autour de ses genoux et ferma les yeux.

Il lui fallut plusieurs longues minutes pour qu’elle parvienne à reprendre un peu un tout petit peu ses esprits et surtout de sortir de cette torpeur qui l’envahissait au point de paralyser tout mouvement. Elle arriva enfin à se lever, et à faire quelques pas du côté opposé aux clameurs du combat qui continuait de faire rage. Elle n’avait pas conscience de ce qui l’entourait, et ne comprit pas comment ni pourquoi d’un coup Morrigann surgit et protesta contre elle. Elle ne comprit pas ce qu’elle disait, seul le ton hostile de sa voix lui parvint et cela la perturba encore davantage. La tueuse l’attrapa soudain et la propulsa à nouveau au loin.

Elle percuta violemment le trottoir au niveau de la tête. Lorsqu’elle porta une main sur le haut de son front, elle sentit le sang couler. Mais elle n’avait pas tellement mal, comme déjà anesthésiée. Cette fois-ci elle se releva bien plus vite, et essaya à nouveau de s’éloigner. Son pas était très chancelant. Dans son champ de vision de plus en plus trouble, elle aperçue Morrigann.

« Ne m’approches pas ! » La peur dans les yeux et la voix de la grande brune était réelle, et elle parvenait maintenant à dépasser le handicap de Lisbeth qui se sentait prête à hurler si la tueuse tendait de s’approcher d’elle. Morrigann était complètement folle !

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Lun 22 Jan - 20:36
« Ne m’approche pas »

Se furent les mots que l’humaine lança à Morrigann alors que cette dernière, en sang, et pas très présentable, prenait la route vers son agence. Elle n’avait même pas fait réellement attention à la brune avant que cette dernière ne lui adresse la parole. Surprise, elle s’arrêta en face d’elle, la dévisagea et tout en s’allumant une cigarette lui adressât à son tour la parole.

« Je veux bien moi… Mais mon agence se trouve justement derrière toi, tu vois ; là-bas, tu peux voir l’enseigne d’où tu es, du coup à moins que tu ne bouge ton cul, je vais être dans l’obligation de passer juste à côté de toi… Et y a pas de quoi hein. C’est vrai qu’après tout je t’ai juste sauvé la vie ce n’est pas grand-chose… »

La jeune femme leva les yeux au ciel, que les gens pouvaient être blizzard et surtout sans cœur. On leurs sauvent la vie sans rien en retour et voilà leurs remercîment… Tous plus ingrats les uns que les autres. La tueuse sortie une flasque de sa poche et but une gorgé de whisky, ce qui lui réchauffât le corps, mais ne tua pourtant pour autant les douleurs qui parsemait tout ce dernier. Même les drogues et les alcools engloutit durant la soirée n’anesthésiait en rien ces douleurs. C’est donc branlante qu’elle reprit sa marche vers son agence, passant juste à côté de Lisbeth.

« Au faite, tu saignes, tu vas attirer tout les vampires de la ville si tu reste dehors, passe à l’agence, le temps de te soigné… »

Morrigann n’écoutât pas si la jeune femme lui répondit ou même si elle la suivait, à vrai dire l’état de santé de la brune ne l’inquiétait pas vraiment, mais l’idée de voir une horde de vampires débarquer, beaucoup plus. Dans son état elle ne pourrait pas essuyer un second combat. Arrivé à l’agence Astrid et Marcus se tournèrent vers elle, aucune once de surprise dans le regard, ils avaient hélas l’habitude de la voire rentrer dans de tel états. La secrétaire prit alors la trousse de secourt qui était sous son bureau et se dirigeât vers Morrigann qui s’était assise sur un des fauteuils qui trônait en face du bureau de la jeune blonde.

« Il faudrait lui faire une armure, tu sais, genre à la Robocop. »

Ironisa Marcus encore sous les effets de l’alcool, non que ses blague soient meilleurs lors qu’il était sobre, loin de là, à vrais dire il n’y avait pas de grosse différence entre un Marcus avec ou sans alcool, il marchait juste plus droit. Les deux jeunes femmes sourit à la tentative de blague de leur ami et Morrigann mima également un robot tentant de se battre, non sans faire une ou deux grimasse dut à la douleur.

« ça risquerait d’entraver mes mouvement Mac… Je ne suis pas sur que se soit une bonne idée. Quoique… Un Morrigann robot, ça pourrait être cool, Spike en avait bien fait faire un de Buffy, après sa mort elle avait sacrément donné le change… Enfin un temps quoi… »

Le jeune tueuse partie dans ses songes quant le porte de l’agence s’ouvrit discrètement, Astrid, comme toute bonne secrétaire, allât à la rencontre de la personne.

« Bonsoir, que peux faire Travers Close Protection pour vous ? »

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Lun 22 Jan - 22:20
Le regard hagard, Lisbeth écouta Morrigann lui expliquer avec une certaine impatience qu’elle devait rejoindre son agence et donc qu’elle passerait à côté d’elle. La tueuse pris une gorgé de sa flasque d’alcool et alluma une cigarette, puis repris son chemin. La jeune femme, chancelante, fit plusieurs pas sur le côté lorsque la tueuse se rapprocha d’elle avant de s’éloigner. La rue retrouvait son calme, un silence lourd. Mais l’air était subitement froid.

Lisbeth avait abandonné son projet de parler à Morrigann depuis longtemps maintenant, elle n’avait aucune intention de rejoindre l’agence malgré la proposition de la tueuse de s’y faire soigner. Cette femme était complètement folle et dangereuse ! A petits pas peu assurés, la grande brune n’avait qu’un seul objectif : regagner son appartement qui se trouvait pourtant à une bonne vingtaine de minute de marche. D’habitude son esprit rationnel lui aurait rappelé que vu ses blessures, elle avait peu de chance d’y parvenir… mais là elle n’était pas capable de réfléchir. Et comme souvent, elle ne sentait pas vraiment la douleur suite à sa chute, anesthésiée par la peur.

Elle n’avait pas fait une quinzaine de pas qu’elle s’écroula sur le sol. Heureusement pour elle, et malgré le couvre-feu, une petite dizaine de minutes plus tard, un homme passa. Il hésita, puis s’arrêta quand même pour vérifier l’état de la jeune femme. Vivante… ce qui compliquait finalement la situation. Il ne voulait pas appeler les urgences ou même la police… il devrait expliquer ce qu’il faisait dehors… Après une nouvelle hésitation, il saisit la jeune femme dans ses bras, elle était très légère malgré sa grande taille. Il se dirigea ensuite vers le seul endroit éclairé dans le coin : une agence de sécurité rapproché d’après la devanture.

Il frappa, écouta pour vérifier qu’on venait ouvrir et déposa la jeune femme qu’il venait d’aider avant de filer le plus rapidement possible.

***

La luminosité était différente. L’odeur était différente… le tissus sur elle n’était pas celui des draps de son lit… Tout était différent, elle n’aimait pas ça. Cela acheva de la réveiller. Lorsqu’elle ouvrit les yeux, elle eut la confirmation qu’elle n’était pas chez elle. Et l’endroit lui était totalement inconnu. Quelques souvenirs de la veille lui revinrent en mémoire. Elle toucha son front, à l’endroit où sa tête avait percuté le rebord du trottoir. Elle devait rentrer chez elle.

Elle quitta le lit, et récupéra ses affaires, angoissée par cet endroit. La pièce était confortable, même aménagé avec luxe et goût. Mais ce n’était pas chez elle, elle n’y avait pas ses repères. Elle ne pouvait pas rester. Une musique la stoppa dans sa précipitation : les premières notes d’une symphonie de Mozart au piano. Puis elle se prolongea, l’enveloppa. Elle aimait cette mélodie familière… un de ses rares souvenirs d’enfance, ses parents faisaient tourner Mozart en boucle quand elle avait une crise pour l’apaiser.

Mais le rythme était différent… il avait quelque chose de plus humain, plus sensible… Ce n’était pas une simple reprise enregistré en studio. Lisbeth reposa son sweat sur le lit, puis attirée par les notes qui continuaient de voler au-delà de la pièce, elle se dirigea vers celles-ci et quitta la chambre. Il ne lui fallut pas plus de quelques minutes pour rejoindre le piano d’où venait la musique. Il était magnifique, s’imposant dans cette pièce qui paraissait centrale.

Lisbeth resta quelques minutes à observer la pianiste, dont les mains légères parcouraient avec une grâce et une agilité stupéfiantes les touches blanches et noires de l’instrument. Ses longs cheveux bruns bougeaient au rythme des notes. Elle tourna la tête et la jeune femme reconnue Morrigann… Toujours marquée par l’imprévisibilité de la tueuse la veille, la brune recula de plusieurs pas, et avec maladresse se cogna contre un mur derrière elle.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Lun 22 Jan - 23:05
Quel ne fut pas la surprise quant Morrigann vu un homme d’une quarantaine d’année déposer une jeune femme inconsciente à l’entrer de l’agence avent de partir en courant. Astrid eue beau lui gueuler dessus, lui dire qu’il n’était pas un centre hospitalier qu’il avait déjà disparu. La tueuse lui aurait bien couru après, mais dans son état ça ne lui était plus possible pour le reste de la nuit, au lieu de ça elle se posât un peu plus confortablement dans la fauteuil pendant que Marcus allait ramasser le corps inanimé de la brande brune.  Quant cette dernière passât devant Morrigann, la tueuse eue un sursaut d’étonnement.

« Attend ! Non mais c’est pas possible, j’ai la poisse cette nuit, fou la moi dans une chambre, mais bien bien éloigner de la mienne…  Elle m’a déjà suffisamment soulé pour la soirée »

En vu des regards interrogateurs de ses amis Morrigann leurs expliquât ce qu’il c’était passé durent la soirée, sa rencontre avec les trois démons et la présence de Lisbeth dans les parages, ainsi que sa participation involontaire. Suite à ses explications, Astrid et Marcus montèrent la jeune femme à l’étage pendant que Morrigann partie dormir quelques heures, ce qu’Astrid fit aussi après avoir soigner la blessure à la tête de leur invité. Mac quant à lui, restât au chevet de la malade, veillant à ce que son pout ne se stop pas, ou qu’elle ne fasse pas une crise de panique à son réveille. Il remarquât que malgré son coma, surement peu profond, la jeune femme avait un sommeil bien agité, des mots arrivaient à traverser ces songes et au bout de quelques heures certains nom et mots firent réagir l’ex militaire qui couru prendre de quoi noté. Papier et crayon en main il débutât sa petite liste:

Angel ; Angélus ; Connor ; Liam ; Fils

Puis la liste suffisamment pleine à ces yeux pour être sur de l’identité des quelques protagonistes, il courues dans la chambre de Morrigann, sans frapper et la réveilla.

« Nana, nana ! J’ai un truc qui devrait vraiment t’intéresser, regarde ! »

Il secouât la tueuse tout en lui mettant le papier griffonné sous le nez, elle se réveillât la tête dans le brouillard prête à frapper Mac quant elle lut le premier nom sur la liste.

« Ouais c’est bien tu sais écrire des noms et alors ? Tu me réveil pour ça ? »

« Mais non andouille… ça vient de notre invité, elle a marmonné leurs noms dans son sommeil "

Tout d’un coup la tueuse semblât beaucoup plus intéresser par la petite liste qu’elle déchiffra avec attention. Elle y reconnaissait les différents noms du vampire, Angel, Angélus et Liam, elle reconnu aussi celui de Connor, un enfant qu’il avait eue avec Darla, un autre vampire, d’où le mot fils également inclue dans la liste, mais comme cette humaine pouvait bien savoir tout ça, elle ordonna donc à Mac d’aller se coucher puis elle se levât. Il était déjà dix heures du matin, et elle avait suffisamment dormi, contrairement à Marcus qui ressemblait à un zombie. Elle allât jeter un yeux dans la chambre de la brune pour fouiller un peut plus ses affaires, elle y trouva sa carte d’identité et un téléphone portable, trop protéger pour en tirer quoi que se soit, mais d’après sa carte elle se nommait Lisbeth Salender, la tueuse garderait cette information pour elle, mais c’était toujours utile à savoir. Ensuite elle remit les affaires de Lisbeth à leurs places et allât préparer le petit déjeuner pour tout le monde, café, croissant, pain au chocolat, fruit et plain de gourmandise matinale. Elle installât le tout dans la grande salle principale, prit le sien puis accompagner de son café allât se poser à son piano blanc qui ornait le centre de la pièce. Elle débutât par quelques note aux hasard, buvant quelques goutes de café au même temps, puis tout naturellement ses doigts se mirent à jouer d’eux même, d’abord du Bach, puis du Mozart. A un moment elle se sentit observer mais fit mine de ne pas s’en rendre compte, puis un bruit sourd se fit entendre, alors tout en continuant à jouer, plus bas, elle le fit remarquer.

« Alors, réveiller la belle au bois dormant ? J’ai préparé du café et un petit dej si tu as fin, à moins que tu préfère fuir, mais j’ai des infos sur Angel si tu veux »

Le sourire de la tueuse se fit sincère alors que ses mains dansaient toujours sur les touches du piano.

«  Mais c’est donnant donnant, je te dis ce que je sais, si tu en fait autant »

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Mar 23 Jan - 16:18
Alors que la grande brune s’attendait déjà à une réplique bien sentie de la tueuse, celle-ci se montra étrangement aimable par rapport à la veille et lui proposa même le petit déjeuner.  Elle enchaîna en parlant d’Angel, et conclut, tout en continuant de jouer, qu’elle aussi attendait des informations de sa part. Lisbeth resta d’abord debout vers la porte sans un mot, étudiant la brune avec méfiance. Comment la jeune femme savait-elle pour Angel et se pourrait-il que finalement elle obtienne ce qu’elle voulait ? Elle vérifia rapidement sur son portable qu’elle gardait toujours sur elle, mais il était toujours verrouiller.

Après une certaine hésitation, toujours en silence, Lisbeth rejoignit la table où se trouvaient déjà tout ce qu’il fallait pour manger. Sa tête était toujours douloureuse, mais cela ne l’empêchait pas d’être fortement intéressée par l’odeur de café. Elle s’en servi une tasse et s’installa. Tout en restant suffisamment éloignée de la tueuse, et en donnant l’impression de l’ignorer, elle jeta quelques coups d’œil sur cette jeune femme au comportement imprévisible.

« Je ne sais pas grand-chose sur Angel, mais je recherche… pour moi, comme ça » expliqua subitement la brune entre deux gorgés de café. Elle ne voulait pas parler de Connor, elle n’allait pas risquer de le mettre en danger alors qu’elle ne connaissait rien finalement de Morrigann. Lorsqu’elle avait lu les archives de l’observateur, elle avait été fascinée par l’histoire de la jeune femme, par la façon dont elle était décrite… La réalité douloureuse de la veille la rendait plus défiante.

Elle observa avec un peu plus de soin la pièce. Spacieuse, aménagée avec goût, elle inspirait au calme. L’ensemble semblait en parfait décalage avec ce qu’elle avait aperçu de l’extérieur de l’agence. Jamais elle n’aurait imaginé l’intérieur aménagé de cette manière. La tête dans sa tasse de café, l’attention de la brune restait tout de même attirée par la pianiste au centre de la pièce. Ses doigts fins continuaient de parcourir l’instrument. Le visage était concentré, plus posé, bien loin de la surexcitation qu’elle avait pu montrer au bar. Malgré son teint un peu pâle et les cernes sous ses yeux, la brune dégageait un charme et une force indéniable.

« Je cherche des informations sur Liam, avant qu’il ne devienne Angelus ou Angel » relança un peu abruptement Lisbeth toujours sans regarder franchement son hôte. Après une nouvelle gorgée de café, elle ne résista pas à un croissant et commença à le manger avec appétit, tout en continuant d’écouter la musique.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Jeu 25 Jan - 21:00
Morrigann écoutât d’une oreille attentive la jeune femme malgré ses doigts qui caressait toujours son piano.

« Et Connor, qu’est c’que tu sais sur lui ? »

Elle s’arrêta de jouer et se tournât un peu plus vers Lisbeth, cette dernière avait encore les marques de la veilles, mais elle s’emblait aller bien, costaud pour une humaine songeât la tueuse. A la regarder de plus près elle était assez mignonne, grande, mince, brune, les yeux noisette, beaucoup de point commun avec elle, rien que dans le physique. Elle s’intéresse à Angel, peut-être aux vampires en générale, encore un point commun. Elle attendrissait presque Morrigann, j’ai bien dit presque. Puis ses jambes commencèrent à la démangé, bouger, il lui fallait bouger.

Elle se leva soudainement et montât les marches quatre à quatre.

« Tu attends quoi ? Tu montes ? J’ai quelques chose qui pourrait t’intéressé… sur Angel et Connor… »

Elle la regardait du haut de la balustrade, et prit la direction d’une pièce où elle n’avait plus mis les pieds depuis quelques mois… C’est recherches sur Angel c’était faites plus sur le terrain que dans les livres depuis quelques temps, mais à l’intérieure de cette pièce tout était là, même l’épée avec laquelle il avait réveillé Acathla, l’épée du chevalier vertueux, trônant là, dans une vitrine, au beau milieu. En face de l’entrer, et donc derrière l’épée se trouvais plusieurs plan de pays différent, les Amériques, L’Europe, l’Asie, etc… Toute remplit de punaises, rouge pour Angel, bleu pour Spike, jaune pour Drusilla, rose pour Darla, noir pour quant ils étaient ensemble tout les quatre, et encore plein d’autre couleur, Angel avec une âme, sans âme, avec Darla, sans Darla, avec Drusilla etc… Même Connor était répertorié en vert… Des dates entouraient également chaque carte reliée à chaque point par un fil rouge. Pour les personnes qui ne s’y connaissaient pas, ils n’y comprendraient absolument rien, à moins de jeter un œil dans le classeur qui se trouait sur le bureau, qui était quant à lui sur la droite en rentrant dans la pièce. Tout le reste des murs regorgeait d’ouvrage en tout genre, historique pour la plus par ou sur le surnaturel, mais tous avaient des marques pages de glissé à l’intérieur, aux couleurs des punaises que l’on trouvait justement sur les cartes. Une vraie pièce de fou, mais parfaitement organisé, ici rien n’était répertorié sur ordinateur mais l’entrer, caché derrière une glace de taille humaine, était sécurisé par un digicode avec empreinte digitale et rétinienne.

Une foi à l’intérieur, Morrigann allumât la lumière et attendit l’arrivé de Lisbeth, tout en mettant à jours ses dernières nouvelles… Angel étaient bel et bien à Los Angeles, et sans âme, elle prit donc une punaise rouge, un fil et un post-it sur lequel elle inscrivit la date possible de sa perte d’âme et collât le tout sur le mur où se trouvait la carte de l’Amérique du Nord.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Jeu 25 Jan - 22:21
La musique, le café et le croissant permirent à Lisbeth d’être un peu moins sur ses gardes, de se concentrer sur autre chose que ces lieux inconnus, ou cette tueuse dont elle se méfiait toujours. Mais alors qu’elle entamait cette fois-ci un pain au chocolat, elle s’arrêta lorsque Morrigann évoqua Connor. Et elle baissa bien vite la tête, ignorant sa question, et surtout embarrassée par les yeux de la jeune femme qu’elle sentait sur elle. Elle l’observait, et elle n’aimait pas ça… Elle avait toujours cette angoisse que son handicap soit si visible qu’un simple regard puisse le dévoiler.

La brune énergique quitta le piano, redoublant l’inquiétude de la jeune femme. Mais la tornade était déjà à l’étage, et l’interpella quelques secondes plus tard du haut de la balustrade. Elle l’invitait à la rejoindre, et évoqua Angel et Connor. Lisbeth resta immobile plusieurs longues secondes, ne parvenant à se décider. Puis, le calme revenu dans la pièce, elle quitta sa chaise mais garda le pain au chocolat dans la main pour continuer de manger. Cela avait quelque chose de rassurant.

Elle prit les escaliers que venait de prendre Morrigann. Un peu plus loin dans le couloir une porte était ouverte. Elle s’en approcha tranquillement, puis resta plusieurs minutes sur le pan de la porte. Son regard fut tout de suite attiré par l’épée imposante qui trônait au centre de la pièce. Elle l’avait vu des centaines de fois représentée dans des livres qui évoquaient le monstre d’Acathla ou Angel : l’épée du chevalier. Elle semblait tellement plus puissante et lourde sous sa forme réelle.

Presque mécaniquement, et cessant pendant un moment de manger sa viennoiserie, elle rentra dans la pièce pour rejoindre la vitrine, et continua d’observer avec une fascination visible l’arme. Elle en avait oublié la présence de Morrigann. Elle passa tout à côté d’elle pour se rapprocher des cartes qu’elle regarda plusieurs secondes attentivement. Ses yeux s’éclairèrent et pétillèrent rapidement alors qu’elle les parcourait, regardant les dates affichées.

Elle continua son exploration, longeant cette fois-ci les bibliothèques. Elle s’arrêta sur quelques ouvrages. Elle en connaissait un certain nombre, elle en avait aussi beaucoup, mais elle devait reconnaître que certains d’entre eux lui étaient totalement inconnus. Ils avaient tous pour objet le surnaturel, et la plupart du temps les vampires. Elle s’arrêta devant un ouvrage ancien sur l’histoire des bohémiens en Europe au XIXème siècle. Après avoir passé un doigt sur la couverture, elle prit sur elle et renonça malgré l’envie de commencer à le lire, là, maintenant.

Elle revint vers les cartes et prit à son tour quelques punaises. Elle commença par en ajouter une bleu à Mexico, puis avec un post-it ajouta une date : 2008. Elle remarqua que Morrigann avait noté la présence de Spike à LA, cela confirmait ce que lui avait appris Connor. Elle savait aussi qu’Angelus était revenu. Elle s’intéressa un peu aux autres repères, comprit qu’il devait s’agir de ces deux vampires qui accompagnaient Angelus et Spike mais s’en désintéressa asse vite. Elle nota cependant qu’aucune de ces couleurs ne pouvait indiquer l’existence d’un autre vampire, de Liam. La tueuse connaissait-elle l’existence de l’autre fils d’Angel ?

« Et Liam ? » interrogea-t-elle sommairement. Pour la première fois, elle leva enfin son regard, un peu caché derrière une mèche de cheveux, et croisa les yeux noisette de la tueuse. Elle ne lui paraissait plus aussi effrayante… Elle ne chercha même pas à lui demander pourquoi elle avait entreposé toutes ces choses et ces informations dans cette pièce. Elle connaissait cette curiosité, cette fascination, elle pouvait même en partager la douce excitation. Elle avait déjà oublié son inquiétude, et son idée de ne rien partager pour protéger Connor. Elle avait le sentiment qu'elle ne le mettrait pas en danger.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Jeu 25 Jan - 23:01
Morrigann levât les yeux de ses documents alors que Lisbeth ajoutait quelques punaises sur une des cartes qui ornait les murs du petit salon. La tueuse, comme une automate se dirigea vers cette carte et regarda le point qu’ajouta la jeune femme, et toute excité par la nouvelle elle ne put s’empêcher d’embrasser Lisbeth sur la joue et de la questionné.

« Au Mexique ? Qu’est-ce qu’il faisait là-bas ? Il a pas mal vadrouillé depuis 2003/2004 jusqu’à il y a peut où il est ici, à L.A, c’est bizarre d’ailleurs, si j’en crois Carter pas mal de monde de Sunnydale sont ici, Faith, Rupert, Angel, Spike, même Drusilla est par ici, c’est trop pour une coïncidence… Et comment tu sais ça toi ? »

Elle se tourna l’air faussement sévère en regardant Lis, puis éclatât de rire.

« C’est trop cool, tu es trop cool ! »

Puis elle parcouru ses cartes de nouveau avant de s’arrêté sur la question de la jeune brune.

« Liam ? Ce n’est pas Angel avant de devenir un vampire ? Merde…. J’ai loupé un wagon alors, tu sais quoi ? C’est un humain ? Non… Bien-sur que non… Il a surement un lien avec Angel… Donc il ne peut pas être humain sinon j’en aurais entendu parler par Carter… A moins que… »

Comme une furie elle parcouru ses livres et en ouvrit plusieurs sans résultat. Avant de foncé à son bureau et prendre le téléphone qui y séjournait. Après plusieurs sonneries…

« Carter ! C’est moi ! Tu connais un certain Liam ?... Ouais, bonsoir, et non j’te parle pas d’Angel roh… Tu es long… J’en sais rien moi, un démon ou un vampire… Il a surement un lien avec Angel… Ha ! Hummm ! … Ok merci ! Quoi ? Non ! Tu viens pas chez moi, et puis quoi encore je suis pas une baby-sitter moi ! … Ouais bas observateur ou pas, s’il ne voulait pas avoir de soucis il avait qu’à rester mort ! »

Elle raccrochât le combiner au nez de son observateur avant de retourner dans ses ouvrages, le vampire avait été assez discret malgré ses massacres, mais en effets il avait toujours suivie Angel de près. Elle tendit alors les ouvrages à Lisbeth.

« Tiens regarde. Les observateurs savent pas grand-chose de sont passé hélas, mais il a toujours suivie Angel d’assez près, mais pas trop pour pas se faire repéré selon moi. Sauf c’est dernier temps, je sais pas pourquoi, on dirait qu’il tentait d’attirer son attention. Carter m’a dit qu’il ya avait eue une recru d’essence de mort vampirique avant la disparition d’Angel, ou plutôt son retour à l’état de vampire sans âme. Depuis il y des disparitions mais plus de morts… Enfin y en a toujours, mais moins… Ils pensent que Angel à tué Liam, ou alors qu’il a réussi à l’enfermer ou je ne sais pas trop quoi d’autre. Mais tu veux mon avis… Il a dut faire ce qu’on lui a fait… Lui donner une âme, c’est la mode en se moment. »

Elle se leva à nouveau et partie sur son PC, uniquement là pour les recherches autre que surnaturel.

« Regarde ! Tu vois, moins de mort ! »

Elle était sur le service nécrologique de la ville et constatait le nombre de décès en baisse. Puis elle constatât que Lis semblait se sentir bien ici.

« Si tu veux tu peux faire des recherches ici si tu veux, je vais nous chercher du café, on risque d’en avoir besoin, et tu me dira tout ce que tu sais de Spike et de ce Liam, ok »

Elle descendit alors au rez-de-chaussée puis remontât avec deux tasses, quelques paquet de gâteaux et du café bien chaud.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Ven 26 Jan - 9:32
Alors qu’elle ne s’y attendait pas du tout, la tueuse imprévisible vint soudain l’embrasser sur la joue et enchaîna sur une série de questions. Lisbeth ne les écouta pas, soudainement raide. Elle ne supportait pas ça, ces intrusions dans son espace privé. Cela ne signifiait pas qu’elle ne partageait jamais un peu de son intimité, mais pour cela, elle devait bien connaître la personne, ou mieux, cela devait venir d’elle. Et lorsque la brune s’exclama que c’était trop cool, seul le visage fermé de Lisbeth lui répondit.

Morrigann ne s’arrêtait pas, il y avait presque un côté hystérique dans cet énergie débordante. C’était envahissant, oppressant. Déjà elle passait d’une chose à une autre, consulta des livres puis pris ensuite le téléphone. Malgré le mal-être qu’elle sentait monter en elle et qui l’empêchait de réagir, Lisbeth comprit que la tueuse avait une conversation avec Carter, son ancien observateur. Elle croyait pourtant qu’il n’y avait plus de lien entre les deux, les dernières notes de l’observateur sur sa protégée dataient de plusieurs années.

La tueuse revint vers elle pour lui tendre un livre, la brune le prit sans l’ouvrir, submergée par le flot de paroles de son hôte. Et puis elle ne lui en laissa pas le temps, elle était déjà en train de consulter des nécrologies sur l’ordinateur, qui était complètement dépassé au passage… Enfin Morrigann quitta la pièce après avoir proposé de chercher du café.

Le calme à nouveau revenu dans la pièce permit littéralement à Lisbeth de respirer alors qu’il lui semblait que tout en elle, son souffle aussi, s’était arrêté, absorbé par l’énergie de la tueuse. Cette femme était… incroyable ! La grande brune profita de ce répit pour se reconcentrer sur les cartes, qui révélaient un travail minutieux. Elle vérifia les dates qu’elle n’avait pas encore vues pour tout enregistrer.

Elle se sentit soudain très fatiguée, elle avait besoin de rentrer chez elle, retrouver son espace, ses affaires, ce qu’elle connaissait. Depuis la veille, cela faisait trop de choses qu’elle ne maîtrisait pas, qui sortaient de son ordinaire. Elle décida de récupérer sa veste restée dans la chambre et de rentrer, mais après deux petits pas, elle chancela, et porta une main à sa tête. Cela la lançait régulièrement, mais prise par sa rencontre avec Morrigann, elle n’avait pas bien perçue la douleur.

A côté de la bibliothèque, dans un coin de la pièce, elle se laissa glisser au sol pour s’asseoir. Son regard tomba à nouveau sur ce livre qu’elle avait remarqué, sur les bohémiens. Elle posa celui que Morrigann lui avait donné pour prendre celui qu’il l’intéressait et commença à le parcourir à la recherche d’information sur la culture des bohémiens et surtout tout ce qui serait autour du passage des âmes. Comme à chaque fois qu’elle plongeait dans un livre, elle excluait le reste, sa concentration étant maintenue sur les lignes qui se succédaient. C’était exactement ce qu’il lui fallait pour oublier les vertiges, et cette légère nausée qui la prenait.

Lorsque Morrigann revint dans la pièce, Lisbeth ne la remarqua pas, absorbée par sa lecture.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Mer 31 Jan - 0:25
La jeune femme partie chercher du café et des gâteaux comme prévue, s’agaçant intérieurement du manque de conversassions de son interlocutrice. Si elle comptait rester là sans donner la moindre information, ou alors uniquement du compte goûte elle risquait d’avoir de gros problème, la tueuse ne supportait pas que l’on se joue d’elle. Elle lui laisserait encore une chance, mais sans plus, ce n’était déjà généralement pas son genre d’en laisser une seconde… Mais cette femme semblait tellement pommée, que Morrigann décidât de faire une exception.

En revenant dans le petit bureau elle trouvât Lisbeth assise au sol, dans un coin, entrain de lire l’histoire des Bohémiens qui avait rendu son âme à Angélus à l’époque. Morrigann ne soulevât pas se détail et déposa ce qu’elle tenait dans les mains sur le bureau, elle servit un café bien chaud à la jeune femme puis sans un bruit, ce qui marquait régulièrement son agacement, repartie dans ses recherches. Elle savait déjà qu’Angélus était sur L.A, Spike aussi, maintenant Connor et ce Liam… Pour le moment elle n’en savait pas grand-chose, juste son nom et un léger doute sur sa nature vampirique ou démoniaque. Puis, commençant à tournée d’impatience, elle s’accroupie devant Lisbeth, l’appela deux ou trois fois, avant de même prononcer son prénom tout en baissant le livre qu’elle tenait fermement.

« Lisbeth ! Ha bas enfin, j’ai bien cru que tu étais morte. Alors Spike, Liam, tu sais quoi ? »

Puis la jeune femme, plus calme après avoir attiré l’attention de la brune allât s’assoir sur le bureau, la regardant, et attendant enfin quelques explication de sa part. Elle finissait même par croire que la jeune femme avait un réel souci de sociabilisassions, elle avait déjà vu ça dans les deux institue Psychiatrique où elle avait séjournée, elle évitait en générale de repensé à ces lieux qu’elle détestait au plus au point. Mais Lis avait ce comportement qu’avec certain, en retrait, silencieux, à se renfermer dans leurs bulles quant ils ne gèrent pas ce qui les entours. Certain les appelaient des Autiste vulgairement, ou des attardés… Mais Morrigann savait que ce n’était pas le cas, ils étaient même très loin d’être idiot, ils avaient juste leurs facilitées et leurs complications. Lisbeth en avait les symptômes, mais lui demander clairement…. Non, c’était trop déplacé, même pour elle. Il suffirait qu’elle lui demande à son tour ce qui cloche chez elle et elle ne saurait plus où se mettre, alors mauvaise idée. Au lieu de ça elle faisait se quelle détestait le plus au monde, elle faisait acte de patience… Après tout si elle était devenue observatrice, comme c’était prévue au commencement, elle aurait certainement dût en avoir des tonnes de patience. Cette idée la fit sourire, elle ne put s’empêcher de se dire que au final la tueuse qui aurait été avec elle aurait surement finit par la tuer, ou inversement, à moins quelle ne se serait suicidé à force d’avoir le nez dans les livres… On ne le saura jamais.

Mais là, elle attendait, s’allumant une cigarette arranger et buvant son Irish-café.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Mer 31 Jan - 13:10
La lecture de cet ouvrage captivait totalement la grande brune qui enregistrait chacune des phrases, à la recherche d’un élément qu’elle pourrait transmettre à Connor sur son père. Ils n’en avaient pas parlé explicitement, mais il lui paraissait logique que le jeune homme souhaite aider Angelus à redevenir Angel.

Prise dans son activité, Lisbeth ne se rendit pas du tout compte du retour de Morrigann dans la pièce, ni même de l’odeur de café. Lorsque la tueuse l’appela une nouvelle fois, et surtout baissa le livre, la brune eu un regard un peu surpris. Il lui fallut quelques secondes pour se plonger dans la réalité. Elle était bien là, dans cette pièce qui concentrait une masse d’information importante sur Angel, Spike et les autres mais surtout elle se retrouvait en face d’une tueuse… qui avait d’ailleurs un regard noisette troublant.

Morrigann se releva, et rejoignit le bureau. Lisbeth posa le livre, et se releva, chancelant légèrement lors de son mouvement. La douleur était toujours là… Mais la tueuse étant plus calme, Lisbeth était moins sur ses gardes, capable de se concentrer sur ses questions. Elle rejoignit l’ordinateur toujours allumé, se rapprochant alors de la brune et tapota à une vitesse rapide quelques mots sur le moteur de recherche.

« L’explosion à Mexico lors de la fête nationale, et l’intrusion dans le palais de Nieto, c’était lui » expliqua-t-elle sommairement alors qu’apparaissait sur l’écran un article en espagnol qui décrivait les déroulements de la nuit de la fête nationale, plutôt agitée. « Il y avait aussi Illyria » Elle n’en précisa pas plus, vu toutes les informations que Morrigann avait sur Angel, elle savait forcément qui était le démon bleu. « J’y étais aussi »

« Tu devrais changer cet ordinateur » changea-t-elle déjà de sujet en changeant de page sur l’ordinateur. Elle avait vu que Morrigann avait terminé de lire l’article. « Et mieux le sécuriser si tu ne veux pas être un jour repéré à force de taper des mots comme vampire, Angelus ou autre… » Elle était pleinement dans son élément, cela se voyait, son visage était moins fermé. Elle retrouva la page du service nécrologique de la ville.

« Tu crois que ce sont les vrais chiffres ? » Elle se questionnait plus à voix haute qu’elle ne s’intéressait à l’avis de Morrigann. La tueuse avait eu une idée très intéressante de regarder le suivi des décès, mais les chiffres qui défilaient sous ses yeux lui semblaient étranges… Comment pouvait-il avoir une baisse des décès alors que les vampires retrouvaient de la puissance sous l’impulsion d’Angelus, et que des zombies se baladaient dans les rues ?

« Je ne veux pas le faire ici, mais je regarderais le nombre de signalement pour des disparitions sur le serveur de la police » continua la brune. Si son intuition était la bonne, cela signifierait qu’un nombre important de cadavre disparaitrait… Pour quel raison ? Elle était déçue de ne pas creuser cette piste plus longtemps, mais entre l’ordinateur non protégé, et surtout le visage impatient de Morrigann, elle devait reporter.

« Je ne sais pas depuis combien de temps Spike était à Mexico quand on s’est croisé, mais il connaissait bien la ville… et je suis partie avant lui, peu de temps après cette fête. » Elle se redirigea vers la carte et la punaise qu’elle avait mis un peu plus tôt, comme si cela pouvait l’aider dans ses réflexions. Mais rapidement, elle passa une main sur ses yeux, troublée par une vision trouble.

Elle ne voyait pas tellement ce que Morrigann voulait comme renseignement. Et elle esquiva le sujet de Liam. Elle hésitait toujours à lui en apprendre davantage, elle ne voulait pas que cela mette en difficulté Connor.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Jeu 1 Fév - 0:00
Morrigann lut l’article que lui présentât Lisbeth, il était en espagnole mais elle le lut sans aucun problème, les langues étrangère avaient toujours été une facilité chez elle. C’est d’ailleurs une des choses qui avait motivé c’est parents à la proposer pour devenir observatrice. En lisant le texte elle remarquât tout de suite le côté très spectaculaire du vampire, il était rare qu’il fasse les choses discrètement, ce qui la fit sourire, surtout quant on voyait Lisbeth, et l’idée de la voir avec Spike la fit sourire encore plus. Elle avait dût avoir du mal à l’apprécier.

Puis à la surprise, la brunette changea tout aussi vite de sujet, soulevant la désuétitude de son PC ainsi que son manque de protection, la tueuse levât les épaules à ces remarquât. Ce n’est pas comme si elle s’en servait souvent… Uniquement pour des recherches communes, le reste passait majoritairement par les livres, ou alors avec le PC d’Astrid et par Astrid, au rez-de-chaussée. Puis la jeune femme soulevât une question d’une telle évidence qu’elle fit également sourire Morrigann
« Bien-sur que non, c’est les décès officiel, pour les disparition il faut aller dans les archives d’état et dans ceux de l’association de la femme McKinley, eux ils s’y connaissent. Si tu veux faire plus de recherches, tu as le PC d’Astrid à l’accueil, il est sécurisé lui. »

Puis encore pour étonné la tueuse, Lis reprit sa discussion sur le vampire, cette fois si Morrigann explosât de rire. Un rire franc et puissant.

« Et après on dit que c’est moi qui part en générale dans tout les sens. Mais je suis battu. »

Elle se leva à son tour pour rejoindre la jeune femme près de la carte, sans mot, le calme retrouver mais toujours se sourire aux lèvres.

« Et ça fait quoi… ça fait quoi de le côtoyer ? »

Son regard parcourait chaque punaise où il s’était retrouvé par le passer, elle s’était déjà faite une idée de sa rencontre avec le vampire, plusieurs en réalité, comme un rêve à atteindre. Se voir autour d’un verre avec lui, dans un bar à démon, se battre à ces côté, s’entrainer face à lui. C’était une légende pour elle, alors rencontrer une personne qui l’avait vu de près… C’était inespéré, le vieux Giles ne s’était jamais étendue sur le sujet Spike, il ne semblait pas l’apprécier, pas à sa juste valeur selon Morrigann. Elle en avait même oublié Liam et Connor, trop en attente de plus d’information sur le blond.

« Est-ce qu’il est comme on dit ? Sarcastique ? Impulsif ? Dit moi s’il te plaie… »

Elle se tournât calmement vers Lisbeth, la fixant, plaine d’espoir, dans les yeux, de magnifiques yeux noisette.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Jeu 1 Fév - 11:39
Lisbeth écouta avec une attention toute particulière Morrigann. Elle parlait des archives d’état ou de l’association d’aide aux victimes de Gabrielle McKinley. Une fois de plus l’idée était intéressante, cette façon dont la tueuse rebondissait sur ses pistes en en suggérant d’autre était stimulante. Elle découvrait une autre facette de la brune, bien loin de l’hystérique de la veille qui ne semblait savoir rien faire d’autre que se battre. Elle lui plaisait davantage… correspondant à l’image qu’elle s’était faite à travers les lectures du journal de l’observateur.

Mais même si elle allait vérifier cette piste, elle restait septique sur les conclusions… L’association était trop proche du pouvoir pour imaginer qu’ils donneraient des chiffres exacts… Il fallait qu’elle compare plusieurs sources pour avoir une idée de la réalité, bien loin de ce que la dictature de l’Initiative voulait bien laisser croire…

Morrigan lui indiqua qu’elle pouvait faire des recherches sur l’ordinateur de l’accueil. Malgré son envie de creuser cette piste, la jeune femme repoussa l’idée. Elle ne sentait pas de quitter la sécurité de cette pièce, ou seulement pour rentrer chez elle. Et puis elle n’avait pas envie de devoir parler avec une nouvelle inconnue… Tout ça faisait beaucoup trop dans une même journée.

Lis eu un nouveau léger mouvement de recul au rire tonitruant de Morrigann qu’elle ne comprit pas vraiment. L’ironie, ce n’était pas tellement son truc… Heureusement déjà la tueuse passionnée par Spike se calma et l’interrogea sur le vampire. Sa voix presque suppliante avait quelque chose de touchant. Lorsque la tueuse capta son regard, Lis détourna assez vite la tête. Elle supportait difficilement le contact visuel.

« Bavard… » commença-t-elle à parler de Spike, cherchant ses mots. Elle était plus douée pour décrire un physique, un lieu que pour mettre des termes sur la façon d’agir des autres, et surtout ses ressentis. « Il parle beaucoup, souvent pour rien, mais il arrive aussi à obtenir ce qu’il veut comme ça… »

C’était la première chose qui lui venait à l’esprit lorsqu’elle pensait au vampire. Il était doué pour convaincre… « et obstiné… ça, ça correspond bien à la manière dont il est décrit. Il ne lâche pas une idée… » Un très léger sourire en coin, le premier depuis qu’elle avait croisé le chemin de Morrigann, vint se percher sur ses lèvres en se rappelant sa rencontre avec le blond platine. C’était surtout elle qu’il n’avait pas lâché à partir du moment où il avait compris son projet et qu’elle risquait de se mettre en danger.

Lisbeth se sentait mieux à mesure de cette conversation plus apaisée avec la tueuse, son visage s’ouvrit un peu. Elle quitta les cartes pour prendre la tasse de café servie par Morrigann, et en profitant pour grignoter un petit gâteau.

« mais je ne dirais pas qu’il est impulsif… Il est plus réfléchi… et intelligent que ce qui est raconté sur lui, et que ce qu’il veut montrer » continua la brune en hochant légèrement la tête pour affirmer ce qu’elle avançait. Dans la plupart des livres qui parlaient de la « troupe » de vampires qui semait la terreur en Europe au 18ème et 19ème siècle, Angelus était souvent présenté comme le cerveau, et Spike comme le suiveur, voir un peu l’idiot du village, brutal, sans réflexion… Ce n’était pas ce vampire là qu’elle avait découvert.

Elle continua de picorer dans la boite de gâteau, prouvant qu’elle se sentait plus à l’aise.

« et humain… Bien sûr, il a une âme, mais ce n’est pas que ça… Il m’a aidé… pas seulement sauver la vie contre des vampires » continua la brune, le regard un peu plus dans le vague, plongée dans ses souvenirs. Le blond platine n’en avait sans doute jamais eu conscience, mais elle avait eu de la chance de croiser son chemin alors qu’elle était si mal après la mort d’Alex. En l’aidant dans son souhait de vengeance, il lui avait permis de ne pas perdre pied.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Dim 4 Fév - 21:28
Prise par le récit de Lisbeth, Morrigann s’adossa au mur, les bras croisé sur sa poitrine, elle buvait chacune de ces paroles. Elle lui dépeignait un vampire différent que dans les livres, ils passaient toujours en second dans les ouvrages, malgré le fait qu’il est trois tueuses, et non deux, à son tableau de chasse, Angélus avait toujours été considéré comme le plus meurtrier des deux… Mais la tueuse n’avait jamais vraiment été en adéquation avec ces écrits, Spike avait tout de même réussit là où son mentor avait échoué, où ne s’était jamais aventuré, tuer des tueuses était l’obsession du blond, et il avait un sacret recors à ce niveau. Aujourd’hui, Morrigann avait l’impression que de tuer des tueuses étaient devenue plus simple, plus courant même, mais à l’époque, quant il n’y en avait qu’une seule, c’était un exploit. Le côté ironique de la chose c’était surtout, qu’après avoir temps cherchez à en tuer, il finisse par les protéger et les aider. Lisbeth était repartie dans ces songes et les cernes marqué sous les yeux de la jeune femme firent réagir Morrigann. Un regard à l’horloge qui ornait un des murs de la pièce et la tueuse sautât presque d’étonnement, 6 heures qu’elles étaient déjà là, à parler entre elle, surement un recors pour Lisbeth pensât la tueuse qui se décollât du mur.

- Tu ferais mieux de te reposer un peut si tu veux continuer tes recherches et tenir debout. Si tu te sens bien dans cette pièce, tu trouveras un matelas pour une personne derrière l’armoire là-bas et des couvertures dedans. Tu peux fermer derrière moi si tu veux, Mac et Astrid ne peuvent pas entrer, il n’y aura que moi, en attendant je dois allez faire quelques courses pour le travail, pas le genre de trucs qui t’intéresserait. Je te laisse ici, sinon tu as toujours ta chambre, et si tu as besoin, le téléphone est directement relier au standard de l’accueil, Astrid pourra te renseigner. Mac ne sera pas là non plus, et tu as un couteau de coller sous le bureau, on sait jamais… A tout à l’heure.

Morrigann sortie en laissant la porte ouverte, Lisbeth la refermerait si besoin.  Elle passât par l’accueil expliquer à Astrid de ne pas s’inquiété pour la jeune femme, qu’elle était dans la bureau et qu’elle utiliserait certainement le téléphone si besoin.

- J’ai mon bipper sur moi si besoin. Chao



D’un signe de la tête Astrid fit savoir son accord avec Morrigann tout en continuant de taper à une vitesse folle sur le clavier de son ordinateur. La tueuse passât par les sous-sols pour s’équipé et sortie de l’agence.  

La veille au matin un homme était venu à l’agence pour déclarer la disparition de son fils de 8ans, sur la photo le petit garçon avec les cheveux blond hirsute, des lunettes avec une monture noire, les yeux bleus et une petite cicatrice dans le coin de l’œil gauche. En regardant la photo, Morrigann aurait donné 5 ans au petit garçon et non 8. Puis l’homme entrât dans les détails de sa disparition, ils étaient à un repas chez des amis et le petit garçon jouait à la balançoire dans le jardin, alors que la fille de leurs amis était rentrée boire un verre, à son retour dehors le petit Logan avait disparue et la balançoire continuait de se balancer toute seule. Comme volatiliser avec dit le père. Aujourd’hui, Morrigann avait rendez-vous chez les amis de la famille justement, elle voulait trouver des preuves, des traces, elle ne pouvait pas partir à la chasse comme ça. Arrivé devant la maison elle remarquât tout de suite la balançoire, à la vue de tout le quartier, les quartiers malfamé n’étaient pas très loin mais celui-ci était plutôt moyen. Pas de maison abandonné à première vu, donc pas de vampires dans les environs proches, mais sur la cartes et par connaissance, elle savait que plusieurs entrepôts se trouvaient à moins de dix minutes de marches d’ici, et encore moins si on connaissait les raccourcies. La tueuse regardât en premier lieu le portail qui n’était pas fracturer, ce qui signifiait soit qu’il n’avait pas été fermé, que l’enfant avait ouvert à son kidnappeur ou alors qu’il s’était bel et bien volatilisé. Avec Mac ils entrèrent dans la cours et sonnèrent à la porte, l’homme qui leurs ouvrit n’était pas très grand et rondouillard, châtain, rasé de près avec un père de lunette ronde, il s’agissait de monsieur Stewart, le père de l’enfant. C’est yeux étaient rougie par les pleurs, ils les fient rentrer et il présentât madame et monsieur Johnson, ainsi que la petite Avril, leurs amis. Mac posait les questions, comme à son habitude, Morrigann se contentait de regarder les expressions des gens, la disposition de la pièce, les photos puis la scène de crime. Elle demandât donc si elle pouvait aller dehors pendants que Mac leurs parlaient, ce qu’ils acceptèrent. Arriver à l’extérieur elle ne remarquât aucune trace de lute ressente. Plusieurs traces de pats étaient implanter dans le sol, elle avait remarqué les différentes chaussures des parents, des rangers pour le père d’Avril, des mocassins pour celui de Logan et des basquet pour la maman de la petite fille, qui en vue de son style vestimentaire ne devait rien porté d’autre. Au sol, Morrigann remarquât chacun de ces jeux de chaussure, pas très présente autour de la balançoire mais majoritairement sur le chemin centrale ou près de la table extérieure. Autour des jeux pour enfants les traces de pas étaient plus petites et moins marqué, preuve de pied d’enfants, sauf un jeu, des tallons, ceux d’une femme à priori. On pouvait également voir des traces de freinage au sol sous la balançoire du aux talons, plus fin et plus enfoncé que les autres. Morrigann cherchât des traces de sang mais en vain, puis elle retournât dans la maison.

- Excusez-moi, je pourrais savoir où se trouve la mère de Logan en ce moment ?


Le père du petit garçon levât un regard triste vers la tueuse avant de prendre la parole.

- Elle c’est fait tuer deux ans après la naissance de notre fils. A l’époque, et ce malgré les révélations de Bloomvist, je ne croyais pas aux vampires, mais la mort de ma femme m’a ouvert les yeux, elle a invité deux d’entre eux a venir chez nous un soir, et pour la remercier ils l’ont torturé et tuer avant de la laisser gisante sur notre lit. J’ai déménagé une semaine après avec Logan.


- Très bien, merci, ça sera tout pour le moment, je vous tiendrais informé des avancés. Mac on y va.


Sans attendre une quelconque réaction de l’une ou l’autre famille Morrigann sortie de la maison pendant que Marcus laissait leurs coordonné aux Johnson et disait au revoir plus poliment aux personnes. La tueuse était déjà arrivée à l’agence depuis quelques minutes quant Mac rentrât.

- Toi tu as une piste… Explique



- Je pense que c’est un vampire, aucune trace de sang, donc une vampire avec un sens maternelle, peut-être en mal d’amour maternelle, mais je t’avouerais que cet enlèvement à fait écho à d’autre qui se sont produit il y a quelques années sur Sunnydale… Lors de l’arrivé de Drusilla dans la ville. Elle a un faible pour les jeunes enfants, mais si c’est elle… Quant elle découvrira que Logan à 8 ans, elle va le tuer et le jeter sur un trottoir encore plus vite que s’il en avait 5. Mais ça peut aussi être sa mère… Le père n’a pas dit que les médecins légistes avaient trouvé le corps, ou si elle avait été enterré, ni où. Tu pourrais rechercher ça Astrid ?



La tueuse partie se servir un café arrangé afin de se remettre un peu les idées en place puis elle se posât au piano, la musique l’aidait à réfléchir.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Mer 14 Fév - 19:46
La grande brune s’attendait à de nouvelles questions de la part de Morrigann, tant sa curiosité était palpable. Mais la tueuse interrompit ses pensées en lui proposant de se reposer. Lisbeth acquiesça d’un geste de la tête, écoutant ses recommandations. La jeune femme quitta la pièce. Celle-ci semblait subitement calme… étrangement trop calme, même pour Lisbeth… Elle se sentait épuisée par sa conversation avec Morrigann, et en même temps aurait voulu la prolonger.

Trop de choses se mélangeaient, elle ne pourrait pas dormir malgré la fatigue. Alors elle reprit le livre qu’elle avait dû abandonner un peu plus tôt et s’y replongea. Il ne lui fallut pas plus de quelques minutes pour être complétement absorbé par sa lecture. Mais une bonne heure plus tard, l’ouvrage lui glissa des mains alors qu’elle s’était endormie sur le sol où elle s’était assise, comme à son habitude.

Lorsqu’elle se réveilla plusieurs heures plus tard, elle se sentait déjà plus en forme, malgré sa tête toujours douloureuse. A nouveau elle aurait pu repartir chez elle, elle en serait capable physiquement. Mais quelque chose… ou plutôt quelqu’un la retenait. Morrigann… La tueuse était surprenante, fascinante… attirante. Elle voulait passer plus de temps avec elle, la découvrir. Et en l’attendant elle décida de continuer ses recherches, sa curiosité était la plus forte, et surtout elle avait envie de faire ça pour la brune impulsive.

Elle rejoignit le bureau et l’ordinateur, et malgré la vieillesse de l’appareil, elle commença par y installer quelques logiciels permettant de le sécuriser. Elle récupéra la tasse de café qu’elle n’avait pas pu un peu plus tôt. Il était déjà froid mais cela ne la gênait pas, elle en avait l’habitude. Elle continua de taper rapidement sur le clavier, commençant enfin ses recherches.

Après un long moment, elle s’arrêta, fixer l’écran comme si cela l’aidait à réfléchir. Tous les chiffres qu’elle avait pu trouver sur les disparitions des derniers mois révélaient la même chose : le nombre d’enfants de moins de 10 ans qui avaient disparu avait augmenté d’une façon spectaculaire, depuis exactement 10 mois… Peu de corps avait été retrouvé, et à chaque fois la victime avait des morsures dans le cou. Un vampire… C’était plutôt surprenant, ce n’était pas les victimes habituels des vampires. La seule qui en avait fait son signe de reconnaissance était Drusilla… Elle continua de pianoter, à la recherche de témoignages... Elle en avait la confirmation en lisant la description d'une vampire brune à l'esprit dérangé.

Angelus… Spike… maintenant Drusilla… Cela ne pouvait pas être une coïncidence. Qu’est-ce qui se passait pour que les trois vampires se retrouvent à LA en même temps ? C’était comme si la troupe qui semait la terreur en Europe semblait se reformer… Il manquait tout de même Darla… définitivement morte à priori… La grande brune songea à Spike… Quel était sa place ? Elle avait du mal à l’imaginer comme le vampire sanguinaire décrit dans les livres, mais tout était possible…

Elle attendit soudain une musique venir jusqu’à elle, le piano… Mais le morceau était différent, plus rythmé. Elle hésita, puis se décida à quitter cette pièce qui était comme un abri pour rejoindre la tueuse. Arrivée aux abords de la pièce principale, elle vérifie d’abord discrètement que Morrigann était seule. Elle n’avait pas envie de voir les autres.

« Drusilla… Elle est aussi à Los Angeles » interrompit-elle la brune, puis lorsque celle-ci s’arrêta, elle lui expliqua le résultat de ses recherches.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Sam 17 Mar - 22:51
(Laissez-vous transportez par la musique)

Une bonne improvisation, rien de mieux pour se défoulé et réfléchir, exactement ce dont la tueuse avait besoin. Elle laissa donc ses doigts fin et long parcourir le piano trônant toujours majestueusement au centre de la pièce, comme si cette place avait toujours été la sienne. Il ne fallu pas plus que quelques seconde à Morrigann pour être complètement transporté par la musique de Nirvana qu'elle était entrain de jouer. Tellement transporté qu'elle n'entendit même pas Lisbeth approché et sursauta même quant cette dernière lui adressa la parole, ce qui la fit décrocher une fausse note et stopper le piano aussi vite qu'elle l'avait débuté. Elle prit alors sa tasse, un peut ailleurs, comme éternellement perdu dans ses pensées. Elle but son café, brûlant, comme toujours, sans semblé souffrir du chaud qui prenait sa bouche violemment. On pouvait ressentir chez elle une certaine crainte s’installer petit à petit. Lisbeth venait de valider presque ses dires, mais aussi ses craintes. Drusilla était à Los Angeles, Angel aussi, enfin Angeluss, et Spike...

Le cerveau de la tueuse était en ébullition mais aucune pensées cohérentes n'arrivaient à se dessiner dans son esprit. Elle avait longtemps rêvé de se retrouvé dans la même ville que ces vampires, au même moment... Mais maintenant que c'était le cas, elle aurait apprécier encore plus le fait d'être ailleurs. Jamais rien n'arrivaient de bien quant ils étaient tous réunis. La jeune femme se leva, plus silencieuse qu'à son habitude, elle ne savait clairement pas quoi faire. Tuer Drusilla ferait certainement bien sur son CV, mais personne n'avait réussi par le passé, sauf Angel lui même. Alors comment pourrait-elle y parvenir sans tuer également le vampire, ou se faire tuer par lui après. Sans s'en rendre compte ses mains commencèrent à tremblé et son cœur à battre la chamade.

Après quelques minutes à tourner et retourner la situation dans sa tête, le regard de la tueuse croisa Lisbeth et elle revint à l'instant présent.

« Dis moi. Tu me conseille de faire quoi ? Tu les as étudier toi aussi. Et je ne peut pas rester sans rien faire... »

Le tueuse se rassis sur le petit banc du piano lourdement, dépité presque. Comment les choses allaient bien pouvoir évoluer maintenant ? Et surtout comment dire à cette famille que leur fils, s'il n'était pas encore mort, n'en avait certainement plus pour longtemps. Elle le savait, ils n'auraient pas dût prendre la suite de Angel Investigation, « Close Protection », une agence de protection rapproché, c'est ça qu'ils étaient censé faire, et que ça. Mais voilà, depuis la « disparition » d'Angel, la fermeture temporaire de l'agence et la révélation des forces surnaturel, les humains cherchaient des réponses, de la protections et des détectives de plus en plus expérimenté dans leurs domaines. Et quoi de mieux qu'une tueuse pour ce travail ? En effet, sans savoir comment, l'information avait fuité sur les réseaux du darknet au sujet de l'identité de Morrigann. Alors les contrats avaient fusé, protection, enquêtes, tout lui avait été proposer, même des assassinats, ce qu'elle avait refuser. Mais là les choses prenait une ampleur qu'elle n'avait pas prévue, et elle ne pensait clairement pas être prête pour ça.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Jeu 22 Mar - 23:11
La musique s’interrompit, Morrigann quitta le piano. Lisbeth regretta un moment de l’avoir déranger, ne pouvant plus profiter du talent de la brune. Celle-ci prit sa tasse, resta étrangement silencieuse. C’était encore une facette différente de la tueuse énergique qui avait presque pu effrayée la jeune femme. Elle essaya d’en comprendre la raison, ne faisant pas forcément le lien avec ce qu’elle venait de lui dire. De son côté, elle ne mettait aucun affect dans ses recherches par rapport aux vampires, seulement une certaine excitation… ou lorsque cela concernait le responsable de la mort d’Alex. Lisbeth repoussa bien vite cette idée, depuis les révélations de Connor, elle ne voulait plus y penser, elle ne voulait pas risquer de devoir admettre la réalité.

Attentive aux détails, la grande brune remarqua que les mains de Morrigann tremblaient, son visage se faisait plus pâle et sa respiration un peu plus rapide. Elle fronça légèrement les sourcils, ne comprenant pas ce qui lui arrivait. Les yeux de la tueuse croisèrent le sien, et pour une fois, Lisbeth ne détourna pas le regard en premier.

La dernière phrase de son interlocutrice ne l’aida pas à éclaircir la situation : « je ne peux pas rester sans rien faire ». Pourquoi ? Il lui fallut un peu de temps pour faire le lien avec la mission de tueuse de Morrigann, mais celle-ci restait vide de sens à ses yeux. L’idée qu’une élue soit choisie pour « sauver » le monde la dépassait, c’était absurde, irréaliste… surtout au vu de la situation actuelle à LA. Chacun pouvait évidemment faire de petites choses, mais la brune semblait soudain porter la poids du monde sur ses épaules…

« Spike… Il faut le retrouver. Il est certain que Drusilla et Angelus continuent de tuer, peut-être même qu’ils sont à nouveau ensemble… mais rien n’indique que Spike soit de leur côté, ce n’était pas le cas il y a une dizaine d’année, il avait une âme »

L’esprit logique de Lisbeth se remit en marche, bien loin d’être troublé par les articles sur la mort d’enfants qu’elle venait de lire. Ce n’était pas qu’elle appréciait, mais cela ne l’affectait pas. Elle était seulement concentrée par sa curiosité à comprendre ce qui se passait à LA, et ce qui pouvait expliquer le retour du quator infernal, ou plutôt trio maintenant.

« Et Darla ? As-tu des informations à ce sujet ? »

Elle n’avait jamais creusée cette piste, elle n’avait aucune idée de ce qu’était devenu celle qui avait transformé Liam en vampire. Les recherches pour Connor lui avaient permis de découvrir un peu plus ce vampire, mais elle avait lâché assez vite, ne voyant pas en quoi cela pourrait lui être utile pour le jeune homme. Les dernières fois qu’elle avait vu son nom remontaient à quelques lectures sur Buffy à Sunnydale, et la confrontation de la première des tueuses avec le Maître.

« Je… je devrais partir » lança-t-elle soudain maladroitement en voyant le visage différent de la jolie brune en face d’elle. Elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait, et elle n’aimait pas ça, ayant peur d’avoir loupé quelque chose, de l’avoir peut-être contrarié sans savoir pourquoi. Cela lui arrivait souvent, elle n’était vraiment pas douée pour comprendre les émotions des autres.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Mar 3 Avr - 3:22
- Même sans âme Spike a toujours été le plus humains de tous…

Répondit la tueuse tout en fixant le sol, toujours oppressé par la réalité qui remontait à elle. Puis Lis parla de Darla… Morrigann dût fouiller un peut dans sa tête, dans ces recherches., elle se souvient alors des dires comme quoi elle se serait sacrifiée pour mettre son fils au monde.

- Morte… Aux dernières nouvelles. Et après ce qu’elle a vécu je ne suis pas sur qu’elle continuerait de suivre Angélus et Drusilla… Elle rechercherait plutôt son fils je suppose.

Le regard vide et l’esprit également, la tueuse parlait presque machinalement. La seule chose qui la fit réagir furent les dernières paroles de Lis, partir ? Mais pourquoi ? Pourquoi aussi précipitamment ?

- Mais… Pourquoi ? Tu n’es pas obligé, et puis il fait nuit. Il y a le couvre-feu, mais surtout les monstres. Je préfèrerais que tu attendes demain matin si ça ne te dérange pas.  Et surtout que tu vois Mac avant… Je sais que tu n’aimes pas tellement ça, mais je voudrais qu’il vérifie tes blessures, être sûr que ça va. De mon côté je vais… Je ne sais pas trop … L’arrivé de Drusilla change beaucoup de chose. Angélus sait se montrer discret… Mais pas elle.

La tueuse se levât et se dirigeât vers la petite cuisine qui se trouvait derrière une porte du rez-de-chaussée. Elle ouvrit un tiroir sous celui des couverts pour en sortir une seringue et de quoi voyager sans bouger mais surtout de quoi se re-booster un peu avec une bonne dose de crack. Après son injection elle attendit quelques minute avent d’en sentir les premiers effets arrivés. Elle tremblait encore plus et son cœur battait plus fort, mais surtout elle ne ressentait plus cette peur viscérale mais une envie de bouger. Elle sortit alors de la cuisine et prit la direction de l’arrière de la bâtisse. Un lieu propre aux tueuses, la salle d’entraînement.

Remonter comme une horloge elle enleva sa chemise en jeans et se défoula sur le sac de box qui trônait dans un coin de la pièce, puis elle se décidât à faire un parcourt. Au pas de course elle montât sur divers obstacles, glissât sous d’autre, frappât ici et là, ce défoulait sur tout ce qui était dans la pièce. Elle transpirait à peine là où un humain normalement constituer serais déjà coucher au sol de fatigue. Elle connaissait son corps par cœur, savait les doses de drogues à ne pas dépasser pour ne pas perdre en puissance et rapidité. Elle se défoulait et ça lui faisait du bien, encore plus de bien que la musique. Puis après plus d’une heure d’entrainement intensif elle allât prendre une douche avant de retourner dans sa pièce remplis de livre et d’information sur le quatuor. En Jeans et sous-vêtement de sport, une simple serviette éponge sur ses épaules, elle regardait la carte, ils étaient bien tous là. Et prochaine étape, retrouver le blond platine.

- Lis ? Tu aurais une idée pour retrouver Spike ?

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Jeu 12 Avr - 15:25
La curiosité de Lisbeth fut vite captée par la réponse de Morrigann concernant Darla. A nouveau la grande brune releva un peu la tête pour capter quelques secondes le regard de la tueuse. Darla avait un fils ? Comme Angel… Cela ne pouvait pas être une coïncidence… Connor lui avait dit que sa mère était aussi une vampire mais jamais il n’avait indiqué qu’il s’agissait de Darla, et elle n’y avait pas songé. Elle pensait que l’histoire entre les deux vampires était terminée depuis longtemps…

Elle n’eut pas le temps de l’interroger plus longtemps, la tueuse l’interpella pour lui demander pourquoi elle voulait partir et l’ne décourager en prétextant la ronde et son état physique. Morrigann ne lui laissa pas plus l’opportunité de lui répondre, elle était déjà partie. Mais à vrai dire, Lisbeth n’aurait pas insistée, il ne fallait pas plus que la demande de la jolie brune pour la convaincre de rester.

La jeune femme quitta à son tour la pièce pour rejoindre celle consacrée aux recherches sur les vampires. Plusieurs choses se bousculaient dans la tête de la brune, la première étant les dernières phrases de Morrigann : Drusilla ne savait pas se montrer discrète. La tueuse n’avait pas parlé de ça au hasard, il y avait quelque chose… qui expliquerait aussi certainement ce sentiment de culpabilité ou d’être responsabilité que paraissait porter Morrigann.

Le premier réflexe de Lisbeth fut comme à son habitude de rejoindre le clavier qui semblait l’attendre. Elle se disait qu’elle pourrait trouver sur quoi travaillait actuellement Morrigann et ses collègues. Elle tenta de pirater l’ordinateur de cette Astrid, mais arrêta rapidement. L’ordinateur était plus sécurisé qu’elle ne l’imaginait, elle aurait pu facilement s’en sortir, mais cela risquait de le rendre plus visible par l’Initiative, ce qui n’était pas le but. Après un long moment d’hésitation, elle quitta enfin la pièce, et longea le couloir en essayant de se repérer pour retrouver le bureau d’Astrid. Elle se trompa plusieurs fois, mais heureusement ne tomba sur personne… Enfin elle parvint à son but… La pièce était également vide, et elle eut un soupir de soulagement.

Alors qu’elle s’apprêtait à prendre la main sur l’ordinateur protégé par un mot de passe, elle tomba sur plusieurs pages de note, et les parcouru rapidement du regard. L’équipe avait été appelée pour la disparition d’un gamin. La brune fit immédiatement le lien avec Drusila. Est-ce que c’était à cause de cela que Morrigann était bizarre ?

Elle quitta rapidement le bureau pour retrouver la pièce qui était devenue une sorte de refuge. Etrangement elle y avait déjà ses repères, comme si elle la connaissait depuis longtemps. Elle se plongea à nouveau dans l’ordinateur…et ne releva la tête de l’écran que lorsque la voix chaude de Morrigann l’interrompit dans ses recherches.

Elle bloqua plusieurs secondes, mais son regard eu largement le temps de se porter et d’admirer le corps athlétique de la brune. Elle devait sortir de la douche, à moitié couverte, et les cheveux mouillés. Elle était tout simplement très belle.

« Il a été repéré à différents endroits de la ville, et dernièrement plusieurs fois dans ce bar. »

Elle lui tendit un papier avec une adresse. Elle s’était doutée de l’envie de Morrigann de trouver Spike rapidement, alors elle avait passé les dernières heures dessus.  Cela n’avait pas été compliqué, le blond platine n’était pas des plus discrets quand il s’agissait d’écumer les bars.

Ses yeux clairs remontèrent un peu pour croiser ceux de son interlocutrice, et à leur couleur rouge, il ne faisait aucun doute que Morrigann avait pris quelque chose. Cela ne la choqua pas, elle n’était pas la dernière à consommer lorsqu’elle ressentait le besoin d’oublier sa « particularité » et de passer une soirée « normale » à l’extérieur.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Ven 13 Avr - 1:47
Morrigann prit le bout de papier que la jeune femme lui tendit et lut le nom du Billy’s Bar, un bar qu’elle connaissait bien également pour y avoir été quelques fois afin de rechercher des informations. Le Billy’s Bar est un bar à démon connu que par le bouche à oreille, ce qui évite qu’il ne soit trop connu des services de l’ordre, ce qui semblait évidant aux yeux de la tueuse. Le vampire devait surement faire de même. De plus il se situait à quelques pas d’où se trouvait l’agence Travers. La brune prit alors un tee-shirt à elle qui se trouvait sur le dossier de la chaise où était assise Lisbeth et l’enfila à la va vite.

Je vais me rendre là-bas, avec un peut de chance Spike s’y trouvera. Je ne te propose pas de venir je suppose… Je tenterais de le faire venir ici, tu pourras le revoir comme ça.

Elle s’apprêta à partir mais quelque chose la fit hésiter quelques seconde, quelques minutes même vu qu’elle reposa le cardigan qu’elle avait également prit dans la foulé. Puis elle se tourna vers Lis, le regard attendrit presque par la jeune femme.

Honnêtement je ne sais pas trop pourquoi tu reste ici, j’ai bien compris que tu étais différente et que cette pièce te sécurisait, mais merci. Merci pour tout ça… C’est pas trop mon délire les grand discourt, je suis plus du genre à foncer qu’à réfléchir, mais tu m’aide à me canaliser, alors merci.

Puis la jeune brune reprit sa veste avant de prendre également Lis par la main et la traîner hors du sanctuaire. Elle parcourut les longs couloirs du bâtiment à grand pas avant d’entrer dans une autre pièce, plus grande mais comportant encore plus de livres, tous les murs en était remplie, et au centre, contre le mur du fond trônait un lit gigantesque, drapé de soi rouge sang. Un bureau d’acajou était de biais sur la droite de ce dernier, un ordinateur portable flambant neuf avec tout le matériel poser dessus. A gauche se trouvait une cheminé avec deux sublimes fauteuils de cuirs et une table basse en face, un mini bar finissait cette décoration chic et bourgeoise qui contrastait encore une foi avec le style e la tueuse.

C’est ma chambre. J’ai demandé à Mac de te prendre ça, c’est arrivé il y a quelques heures alors que tu dormais encore. C’est pour toi, ça sera mieux que le vieux PC du sanctuaire. Et tu peux rester ici temps que tu veux, fait comme chez toi, tu devrais trouver tout ce que tu veux sur les vampires et autres créatures dans les livres sur les étagères qui sont derrière le bureau. A droite tu as tous les romans, et ici c’est une étagère dédier à tous les journaux sortis depuis plus de 50 ans, ça en fait un paquet, mais c’est utile. Tu trouveras également des biographies et des documentaires, mais je te laisse fouiner. Je fil au bar, j’espère que tu seras encore là à mon retour.

La jeune femme tourna le dos, puis se redirigea vers Lis pour lui déposer un baiser sur la joue avant de partir. Elle passa voir Astrid afin de lui dire où elle allait puis prit la direction du Billy’ Bar.

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Carte d'identité
Etat Civil (Célibataire, marié etc...):
Ven 13 Avr - 16:04
La jolie brune passa un tee-shirt, avant de lui indiquer qu’elle se rendait directement au bar où avait été repéré Spike. Visiblement ce qu’elle avait pris était efficace, elle ne dégageait plus la même inquiétude que quelques heures auparavant alors que la présence de Drusilla semblait si difficile à supporter. Lisbeth acquiesça d’un geste de la tête lorsque la tueuse suggéra qu’elle ne souhaitait pas venir avec elle. En effet, elle préférait s’en dispenser, gardant un mauvais souvenir de la nuit de leur rencontre. Elle apprécia que Morrigann propose de faire venir Spike.

Lorsque la jeune femme enchaîna pour la remercier, elle détourna à nouveau vivement le regard, elle n’aimait pas ça. Les remerciements ou même les compliments la mettaient toujours très mal à l’aise, elle ne savait pas quoi répondre, elle ne comprenait pas ce que les autres en attendaient… Elle resta silencieuse.

D’ailleurs elle fut saisit par la main et entraînée par Morrigann à travers les couloirs. Elle se raidit les premiers mètres avant de suivre un peu plus le mouvement, se laissant guider par cette confiance instinctive si peu souvent présente en elle. Après quelques minutes de marche à travers des couloirs qui lui semblaient interminables, elles arrivèrent dans une chambre.

La tueuse l’assaillit de paroles. Comme à son habitude elle enregistra le tout sans vraiment le comprendre sur le coup, son esprit était d’abord préoccupé par trouver ses repères dans ce nouveau lieu. Très vite, trop vite, Morrigann s’éclipsa, après un baiser sur la joue qui la pris au dépourvu une fois de plus. Elle se retrouva seule dans cette pièce. Elle était beaucoup plus grande que le petit bureau précédent, ce qu’elle n’aimait pas particulièrement, les grands espaces n’étaient pas sécurisants pour elle. Elle resta plantée là un moment, immobile à observer la pièce. Le calme ambiant l’aida à se sentir mieux.

La décoration n’allait définitivement pas avec l’idée qu’elle se faisait de la tueuse, et de ce qu’elle en avait découvert. C’était étrangement chic, et d’apparence plutôt confortable, même si la grande brune préférait de son côté des univers bien plus dépouillés. Après avoir jeté un coup d’œil sur l’ordinateur *bon choix*, elle se laissa séduire par les rayons interminables de livres. Elle devait admettre que Morrigann la battait de ce côté-là malgré la composition importante de sa propre bibliothèque.

Elle survola rapidement les romans, ce n’était pas ce qui l’intéressait, puis les journaux dont le nombre révélaient une collection passionnante. Elle continua. En contournant le lit, elle vit quelques photos, et sa curiosité la poussa à les voir d’un peu plus prêt. Il s’agissait de Morrigann, ou encore de la jeune femme et de ses parents probablement. C’était à priori les seuls objets personnels de la pièce. Elle n’en découvrirait pas beaucoup plus de cette manière sur la tueuse. Elle abandonna cette idée malgré la curiosité, et se concentra sur les ouvrages liées aux vampires. Elle en connaissait un certain nombre, mais son attention fut saisit par des carnets. En les parcourant, elle comprit qu’il s’agissait des notes d’observateurs, et plus précisément les parents de Morrigann.

Elle commença par les lire, assise au sol comme à son habitude, puis sentant la fatigue tombée, elle se releva. Elle hésita une seconde, bien attirée par le confort du lit. L’odeur de Morrigann parvenait jusqu’à elle. Mais elle ne s’autorisa pas à s’y allonger, et avisa plutôt un des fauteuils en cuir. Elle s’y installa plus confortablement pour reprendre sa lecture. Une bonne heure plus tard, elle s’y était endormie, les genoux remontés contre et la tête retombée sur le livre qu’elle avait repoussé.

Fin du rp

Pour la suite :
Morrigann => http://bigfork.1fr1.net/t313-offrez-moi-vos-services

_________________

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Jeux d'espionnes ( PV Morrigann )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» le jeux du sam... sam'dit !!
» [21/11/09] AMidi Jeux Centre Culturel Liévin !
» Bien taux un chant-bardement jeux nez ralle !
» Idée de mini jeux.
» Jeux vraiment trop drole!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Following Angel Investigations :: Los Angeles :: Downton Los Angeles :: Travers Close Protection-
Sauter vers: